Recevez votre estimation

Obtenez votre estimation

Votre demande concerne

* Champs requis
Vous êtes ici : Accueil > Publications > N'acceptez jamais la 1ere offre d'indemnisation de l'assureur en cas d'accident

N'acceptez jamais la 1ere offre d'indemnisation de l'assureur en cas d'accident

Le 14 juillet 2020
N'acceptez jamais la 1ere offre d'indemnisation de l'assureur en cas d'accident
Il ne faut jamais accepter la première proposition d'indemnisation de votre assureur, sous peine de vous retrouver perdant. En effet votre avocat spécialisé en accident de voiture vous le dira, la 1ere offre n'est jamais la bonne. Il faut persévérer.

De manière générale, il ne faut jamais accepter la première proposition d'indemnisation de votre assureur, sous peine de vous retrouver perdant.

La plupart des victimes d'accident se retrouvent lésées lorsqu'elles acceptent aussi facilement cette première proposition. En effet, votre compagnie d'assurance vous proposera toujours de vous dédommager inférieurement à ce que vous pouvez concrètement prétendre.

C'est pour cette raison que l'intervention d'un avocat expert en accident est impératif. Alors pour percevoir l'indemnisation la plus juste, notre cabinet vous accompagne dans toutes vos négociations entre vous et l'assureur dans la procédure amiable d'indemnisation.

Les 6 conseils de votre avocat à Nimes pour optimiser votre indemnisation en cas d'accident


Nos 6 conseils avisés dans le cadre d'une proposition d'indemnisation

  1. Priorité à l'assistance d'un expert en dommages corporels
  2. Constitution d'un dossier complet
  3. Prise en charge médicale et psychologique
  4. Réalisation ou contestation de l'expertise médicale
  5. Chiffrage de vos préjudices corporels
  6. Vérification détaillée du procès-verbal de transaction

Lors de la réception de cette première offre visant à vous indemniser, vous serez face à deux choix : accepter ou refuser !

Vous avez l'impression de ne pas être reconnu comme victime d'accident et que l'on ne vous propose pas les indemnités adéquates auxquelles vous avez légitiment droit ?


Si vous doutez, se référer à un avis différent comme par exemple le nôtre en tant que cabinet en avocats à Nimes est nécessaire pour décrocher l'offre la plus juste.


Sollicitez systématiquement une seconde offre d'indemnisation.
En aucun cas, vous ne devez vous fier qu'à la compagnie d'assurance car ce n'est pas dans leur intérêt d'être impartial concernant les dommages que vous avez pu subir.


Nous vous recommandons de vous faire assister par un avocat expert en accident de la route pour cette procédure amiable d'indemnisation. En effet, le procédé de dédommagement des victimes de la circulation reste assez flou pour les néophytes en texte de loi. Notre cabinet est à même de vous conseiller et de vous accompagner pour ne pas vous faire léser par l'assureur.

Témoignages de victimes à Nîmes d'accident dans le cadre d'une première offre d'indemnisation

Voici le cas d'une victime ayant accepté cette première offre

Juin 2017, il est 17h15, Nadine, quinquagénaire vivant sur la commune de Nimes, prend son véhicule pour se rendre au supermarché du coin pour faire ses courses.

Alors qu'elle sort de chez elle, quelques mètres plus loin, elle ne se doute pas de ce qu'il l'attend.

Un autre automobiliste va alors lui couper la route !

Son état n'est pas critique mais elle sera transportée rapidement aux urgences pour des douleurs au dos et aux hanches.

En plus d'être victime d'un accident, le responsable a pris la fuite et Nadine n'a pas eu ni le temps ni le réflexe de relever la plaque d'immatriculation.
Heureusement pour elle, les forces de l'ordre interpelleront le coupable plus tard dans la journée.
A la suite de cela, la police établira un constat.

De son côté, Nadine, rappelons-le qui est aux urgences de l'hôpital de Nimes se fait examiner pour de multiples contusions osseuses.

Le médecin urgentiste se rend vite compte lors des radiographies que cette dernière présente une entorse cervicale mais également une entorse localisée au niveau du thorax et une autre sur le genou droit.

A réception de sa première offre de dédommagement, l'assureur lui propose de l'indemniser, tout préjudices confondue, à hauteur de 2000 €.

Portant une confiance aveugle à l'assureur et ne se doutant pas un seul instant que ses indemnités étaient sous-évaluées, Nadine accepte la proposition bien avant la consolidation finale de ses blessures. Elle trouve cette somme plus que raisonnable pour de simples entorses. Mais elle n'est pas au bout de ses surprises.

Quelques temps plus tard, elle se met à souffrir d'une névralgie costale constante à la suite de son accident provoquée par sa blessure à la poitrine. Ainsi que l'apparition tardive d'une lombalgie résultant directement de son entorse au niveau du genou.

Les séquelles dont elle fait l'objet lui coûteront la perte de son emploi et donc de ses revenus.

Elle aura été indemnisé de 2000 € mais aura été dépossédée de bien plus...

Suite à l'aggravation de ses blessures, sa prise en charge nécessitera des séances d'ostéopathie et de la rééducation pour réaligner les structures osseuses. Sans compter les séances de psychothérapie dont elle aura besoin pour oublier toute cette histoire.

En nous consultant, nous avons pu ouvrir un nouveau dossier pour aggravation

Si nous avons pu obtenir l'indemnisation de préjudices complémentaires, ce fut avec beaucoup de difficulté car ils nous appartenait de démontrer le lien de causalité entre l'apparition des nouveaux pathologies et l'accident. Sans la possibilité de démontrer un lien, nous n'aurions pas pu faire indemniser cette victime.

Pour autant, il convient de préciser que si nous avons été en charge de ce dossier dès le début, non seulement nous aurions pu obtenir plus rapidement la réparation des préjudices de cette victime mais surtout dans des conditions plus importantes.

N'hésitez pas à nous consulter. Le 1er rendez vous est gratuit et il permet d'étudier, sans engagement, votre dossier pour vous proposer des solutions.

Voici le cas d'une victime d'accident n'ayant pas accepté cette première offre

Depuis une dizaine d'années, les accidents de la circulation se multiplient, surtout concernant ceux mis en cause sans tierce personne.

C'est ce qui est arrivé à Gérald, jeune homme de 26 ans, par une belle après-midi de mai.

Gérald partait travailler quand les rayons du soleil l'ont aveuglé. Il a fini sa route contre un platane sur une allée qu'il avait pourtant l'habitude d'emprunter. En plus de sa voiture endommagée, il a également subit des dommages corporels : fracture du bassin avec commotion cérébrale.

L'assurance lui a généreusement proposé 15.000 € d'indemnisation. Ce qu'il a bien entendu refuser. Il trouvait cela trop léger.

Il a donc pris la décision de consulter un avocat à Nimes pour obtenir une négociation.

Celui-ci a rigoureusement étudié les pièces du dossier et a remarqué une intention évidente de la part de l'assureur de vouloir léser son client en lui proposant une si faible indemnité.

Après avoir été défendu par cet avocat, l'assureur a réitéré une seconde offre d'indemnité s'élevant cette fois à 32 000 €.

Somme que le jeune nîmois n'aurait jamais obtenu s'il avait accepté la première offre et s'il n'avait pas sollicité l'assistance d'un avocat expert en accident.

Comment mettre en place une négociation en cas d'accident ?

Réclamez une expertise médicale contradictoire

Dans le contexte d'un accident de la circulation, si vous vous êtes exposé à de graves blessures, vous devrez passer une visite médicale qui s'avère incontournable pour estimer vos préjudices. Cette expertise va vous permettre de vous faire indemniser en tant que victime d'accident. Un médecin expert va s'assurer d'examiner vos dommages corporels dans sa globalité en évaluant l'atteinte esthétique occasionnée, la souffrance supportée ainsi que la perte d'autonomie personnelle (DFT) consécutifs à votre accident.

Seulement, si le médecin expert est missionnée par l'assurance, il y a peu de chance que vous obteniez un résultat équitable.

Vous êtes tout à fait en droit de contester le rapport d’expertise de ce médecin. Il vous suffit de demander une expertise médicale contradictoire par un second médecin habilité à la réaliser.

Dans le cadre d'une mesure d'instruction, si lors de cette expertise vous jugez que la contestation des réels préjudices n'ont pas été correctement apprécié, vous pouvez également demander cette contre expertise.

Certains dossiers d'offre de dédommagement, c'est le cas par exemple pour des dossiers dits "mineurs", c'est à dire si votre accident vous a causé uniquement de petites blessures, ne nécessitent que rarement une expertise selon l'avis des compagnies d'assurance.

C'est également une erreur que vous pouvez commettre. Car c'est souvent sur ce type d'affaires que l'assureur va chercher à vous indemniser à moindre coût.

Sollicitez toujours une expertise médicale quelque que soit la gravité de vos blessures.

N'ayez pas peur d'intenter une action en justice si la procédure amiable d'indemnisation ne vous donne pas entièrement satisfaction.

Faites intervenir un avocat pour vous assurer de bénéficier d'une indemnisation totale

Le rôle d'un avocat dans une affaire d'indemnisation est omniprésent. Avec un enjeu de cette taille, il est dans votre intérêt d'y recourir.
Grâce à lui vous pourrez tirer parti d'une évaluation optimale de vos dommages corporels. Ainsi, si besoin, notre cabinet d'avocats sera en mesure de négocier avec votre assureur.

La victime d'accident est en droit de recourir à la réparation intégrale des préjudices causés.

L'expertise est importante pour la bonne négociation de vos indemnités.

Vous ne bénéficiez pas forcément des connaissances requises sur l'obtention de vos droits en termes de préjudices corporels et vous ne pouvez pas être certain de revendiquer le niveau réel de votre douleur.

Ce barème se défini sur une échelle allant de 1 à 7 par un médecin expert chargé de le calculer et mandaté par votre assureur ou par le Fonds de garantie des assurances de dommages obligatoires. Ce barème est trop souvent sous-estimé par cette expertise.

Ce qui génère une indemnisation trop basse de la part des assurances.

Sachez également qu'une offre de dédommagement qui n'inclue pas tous les paramètres indemnisables en rapport aux préjudices subis est tenu d'être pris en compte comme une offre incomplète. Ce qui vaut d'être assimilé à une absence d'offre par l'assureur.